Cacher cette page

Un de mes parents boit… Que puis-je faire?

Tes parents ne sont pas seulement… des parents! Ce sont aussi des êtres humains. Tout comme toi, ils peuvent traverser des moments difficiles ou vivre des émotions qu’ils n’arrivent pas à bien gérer. Certaines personnes se réfugient dans l’alcool au lieu de régler leurs problèmes. Non seulement ils fuient, mais ils peuvent même développer une dépendance à l’alcool. Voici 10 points à surveiller pour savoir quoi faire.

1) Ce n'est pas drôle!

Si un de tes parents a un problème d’alcool, tu peux vivre un tourbillon d’émotions. Tu peux:

  • être déçu·e
  • être en colère
  • te sentir impuissant·e
  • avoir honte
  • être triste
  • être inquiet·ète  
  • avoir peur (si son comportement change sous l’effet de l’alcool)
  • te sentir le parent de ton propre parent

 2) «Aucun problème!»

Il est possible que ton parent nie qu’il a un problème d’alcool. Il peut avoir peur de te décevoir, craindre l’opinion des gens ou se sentir incapable de surmonter ses difficultés.

3) Effets secondaires

L’alcool influe sur les pensées et le raisonnement logique. Si ton parent est sous l’effet de l’alcool, il peut:

  • dire des paroles blessantes
  • faire des folies
  • prendre moins soin de toi ou de certaines choses importantes
  • se fâcher pour un rien
  • ne plus se soucier de quoi que ce soit
  • faire des promesses en l'air

 4) Vais-je avoir le même problème?

Tu as des goûts, des intérêts, des expériences et des buts sûrement différents de ceux de tes parents. Mais si tu as l’impression d’être à risque, n’hésite pas à en parler à un·e intervenant·e de ton école ou de Tel-jeunes.

5) Que puis-je faire pour l’aider?

Pour arrêter de consommer, une personne doit d'abord reconnaître son problème, ce qui peut prendre du temps! Si tu te sens capable de parler à ton parent, choisis un moment propice (idéalement, lorsqu’il est sobre) pour lui exprimer ce que tu ressens.

6) Il refuse de régler son problème

Reconnaître le problème est une chose, le régler en est une autre. Une personne peut ne pas être prête à cesser de consommer parce que son corps et sa tête en redemandent ou parce qu’elle ne connaît pas d’autres moyens d'affronter sa détresse.

7) Il ne m’aime pas assez

Ce n’est pas une question d’amour. La motivation doit venir de la personne qui a un problème d’alcool. Tu n’es pas responsable de sa consommation ni de sa motivation. Tu n'es ni le problème ni la solution. Aussi, il est normal que tu te sentes impuissant·e dans cette situation.
 

8) On dirait que c’est moi le parent!

Si ton parent a un problème de dépendance, il peut avoir du mal à gérer son temps, son argent, ses émotions et même les tâches ménagères. Il reste que ton rôle n’est pas de prendre soin de ton parent ni de tout prendre sur tes épaules. Ce n’est pas toi le parent!
 

9) Quoi faire alors?

Ne reste pas seul·e. Parles-en à des adultes en qui tu as confiance. Ça peut être un autre membre de ta famille, un intervenant de ton école, un professeur ou encore Tel-jeunes.
 

10) Assure ta sécurité

  • Si ton parent consomme souvent de l’alcool ou qu'il en consomme en grande quantité, tu peux ne pas te sentir en sécurité parce que:
  • tu te retrouves souvent seul·e à la maison ou pendant la nuit
  • tu vis de la violence physique ou psychologique
  • tu vis de la négligence
  • il t’emmène dans des lieux inappropriés pour ton âge

Ta sécurité est importante. Tu peux en parler à un adulte de confiance, à une personne-ressource ou à Tel-jeunes. Tu peux aussi contacter le Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ).

1 800 263-2266
514 600-1002