Cacher cette page

Une agression sexuelle, qu’est-ce que c’est?

Une agression sexuelle, c’est un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, qui est fait contre la volonté (sans le consentement) de la personne qui en est victime.

Une agression sexuelle, c’est quand quelqu’un transgresse nos limites, nous incite à faire des choses sexuelles qu’on ne veut pas faire. C'est un geste qui vise à soumettre une personne à ses propres désirs par un abus de pouvoir, par l’utilisation de la force, de la contrainte ou sous la menace implicite ou explicite.

Elle implique le recours à la violence, aux menaces, à l’abus de pouvoir, ou encore à la manipulation, au contrôle et au chantage.

La plupart du temps, l’agresseur·se sexuel·le est une personne que la victime connaît et qui est dans son entourage.

Une agression sexuelle peut aussi être commise par une personne en position d’autorité, comme un·e entraîneur·e, un·e enseignant·e, un membre de la famille ou de l’entourage, etc.

Les gars et les filles peuvent être victimes d’une agression sexuelle.

Voici quelques exemples d’agressions sexuelles:

  • Incitation à des contacts sexuels
  • Baisers à caractère sexuel
  • Attouchements
  • Masturbation
  • Contact oral-génital (cunnilingus, fellation)
  • Pénétration
  • Appels obscènes : appels à caractère sexuel qui visent à s’exciter sexuellement au détriment de l’autre personne, en la manipulant et sans son consentement
  • Exhibitionnisme (montrer ses parties génitales en public)
  • Inceste
  • Pédophilie
  • Harcèlement
  • Voyeurisme (observer quelqu’un dans sa nudité, sans son consentement)
  • Frotteurisme (frotter ses organes génitaux sur un inconnu)

Au fond, si une personne commet un geste sexuel sans ton consentement, c’est peut-être une forme d’agression sexuelle. Dans le doute, parles-en avec le·la sexologue de ton école ou communique avec nous!

Mythes sur les agressions sexuelles

Les gars ont des besoins, pulsions et des désirs sexuels qu’ils ne peuvent pas contrôler

Faux! En réalité, les filles comme les gars ont des envies, des pulsions sexuelles et du désir sexuel. Ce qui change, ce sont nos attentes face à la gestion des pulsions, liées aux stéréotypes sexuels véhiculés dans la société. Ces attentes sont influencées par des mythes comme : les gars ont toujours envie de sexualité, ils doivent avoir des relations sexuelles pour apaiser leurs envies, les filles ont moins envie, les pulsions des gars sont plus fortes qu’eux, etc. Tout ça, c’est faux! Ce qu’il faut retenir c’est que tout le monde est capable de se contrôler, que l’agression sexuelle est une question de pouvoir ou de contrôle sur l’autre (et non une question d’excitation trop forte) et non pas un manque de contrôle sur nos pulsions sexuelles. Nous avons tous le choix d’agir sur nos pulsions, nos désirs et nos envies ou non, parce qu’on reste responsable de nos gestes! Nos pulsions et désirs sexuels ne devraient jamais brimer le bien-être des autres.

Les agresseur.euse.s sont, la plupart du temps, inconnus de la victime

Faux! C’est un mythe de croire que les agressions sexuelles se déroulent seulement dans une ruelle sombre la nuit et sont commises par des inconnus. Dans plus de 80% des cas, les agresseur.euse.s sont proches de la victime : un.e ami.es, un.e professionnel.le, une personne en autorité, un.e voisi.e, un membre de la famille, un.e conjoint ou une connaissance, sans distinction de religion, d’origine, de sexe, d’âge, d’orientation sexuelle ou de classe sociale. Comme l’agresseur.euse est connu, c’est souvent pourquoi la dénonciation est difficile : on peut avoir des sentiments mitigés par rapport à cette personne qu’on aime ou en qui on avait confiance, mais qui nous a aussi fait du tort, cette personne peut être aimée et estimée de notre entourage, on peut hésiter à dénoncer par crainte des conséquences sur nous et sur l’autre, etc. Les agresseur.ses connaissent leur victime et donc, connaissent leurs vulnérabilités (ex : savent comment nous faire sentir coupable et garder le secret).

Toutes les victimes se débattent, repoussent leur agresseur.se et disent « non »

Faux! Une agression sexuelle, c’est un enjeu de pouvoir (sentir qu’on a le contrôle sur l’autre), ce n’est pas un simple rapport de force physique. On peut même être plus fort physiquement ou plus grand que l’autre personne et être victime d’une agression sexuelle. Il faut savoir que les personnes qui agressent utilisent souvent des stratégies comme la manipulation, le chantage et la menace plutôt que la force physique pour arriver à leurs fins. Sache aussi qu’il est commun de ne pas se débattre parce que plusieurs personnes figent sous l’effet de pression ou de menace ou parce qu’ils n’ont pas conscience sur le moment qu’ils sont en train de vivre une agression sexuelle; c’est d’autant plus vrai quand celle-ci est commise par quelqu’un qu’on aime.

Ça arrive souvent qu’il y ait de fausses accusations d’agression sexuelle

Faux! Les fausses accusations sont inacceptables, car elles peuvent avoir de grandes conséquences sur la personne faussement accusée et participent à discréditer la parole des victimes. Cependant, elles représentent un infime pourcentage sur l’ensemble des agressions commises et par rapport aux vraies accusations. Ce mythe participe malheureusement à mettre en doute la parole des victimes et à donner plus de pouvoir au présumé agresseur, alors qu’on sait que, statistiquement parlant, une personne qui dit avoir été agressée sexuellement dit vrai. Croire la victime est toujours la bonne chose à faire.

Toutes les agressions sexuelles sont graves

Vrai! Socialement, c’est trop souvent le degré de violence pendant le crime qui sert à déterminer ce qui sera considéré comme une « vraie » agression sexuelle, la pénétration forcée étant considérée comme l’agression sexuelle la plus « grave ». Sache qu’on ne peut pas comparer la gravité d’un geste à la souffrance qui peut en découler. Ce type de mythe minimise l’impact que peuvent avoir certains gestes comme l’exhibitionnisme, les attouchements, le harcèlement et autres sur la victime. Tous les types d’agression causent de la souffrance chez la victime et ne devraient pas être pris moins au sérieux. En plaçant certaines agressions comme « plus graves » ou « moins graves », on sous-entend souvent aussi que si ça avait été une « vraie » agression et que ça avait causé beaucoup de tort à la victime, elle n’aurait pas hésiter à dénoncer. Garde en tête qu’il n’y a pas une agression plus grave qu’une autre et ce sont plutôt les mythes, les préjugés et les tabous qui culpabilisent les victimes et font en sorte qu’elles hésitent à en parler.

La personne dit non sur le coup, mais dans le fond c’est oui

Faux! C’est un message souvent véhiculé dans les médias : on nous donne l’impression qu’à force d’insister, on démontre notre intérêt réel pour l’autre et la personne qui nous intéresse finira par accepter d’avoir un comportement sexuel, une relation sexuelle, d’être en couple/de nous fréquenter, etc. En réalité, il s’agit plutôt d’un signal d’alarme : lorsqu’une personne n’accepte pas un refus ou une incertitude, ça devrait nous inquiéter plutôt que de nous charmer, car elle ne respecte pas notre consentement. En résumé, insister n’est pas une preuve d’amour et un « non » (verbal ou non verbal) doit toujours être respecté.

Les agresseu.rs.ses sont des personnes méchantes

Faux! On se fait souvent l’image qu’une personne qui agresse est méchante. Ce mythe contribue à ne pas croire la victime parce que la personne qui a posé les gestes d’agression a souvent une bonne réputation ou est gentille, qu’elle est connue, aimée et estimée de l’entourage (ami.es, parent, famille, proches, etc.). Une personne qui agresse peut avoir de belles qualités, être appréciée des gens autour d’elle, faire de bonnes actions, etc. Cela n’empêche pas qu’elle a commis des gestes d’agression sexuelle inacceptable et que la victime doit être crue.

Les femmes commettent aussi des agressions sexuelles

Vrai! Il est vrai que les statistiques démontrent que la majorité des agressions sont commises par des hommes, mais les femmes peuvent également en commettre. En fait, en raison des mythes et préjugés véhiculés dans la société, certains gestes commis par des femmes ne sont pas reconnus comme des agressions, cela ferait donc en sorte que les agressions commises par les femmes seraient moins dénoncées. Toute personne peut commettre du harcèlement ou des agressions sexuelles envers une autre personne et c’est important que ce soit pris au sérieux.

Tu n'es pas sûre de ce qu'il vient de se passer?

Nous sommes disponibles en tout temps pour toi

Joindre un intervenant Tel-jeunes
Téléphone: 1 800 263-2266 Texto: 514 600-1002 Courriel Clavardage Comment ça marche
Tous les thèmes de Tel-jeunes
Administration
© 2020 Tel-jeunes Tous droits réservés.
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance: 136403649RR00001
Continuer la conversation