Cacher cette page

Tu es enceinte: quelles sont tes options?

Si la grossesse n’est pas désirée, ça peut être un choc. C’est tout à fait normal que ce soit paniquant. Surtout, il faut éviter de rester seule : entoure-toi de personnes en qui tu as confiance pour t’accompagner dans cette nouvelle et évaluer la meilleure décision à prendre pour la suite. Si tu as plus de 14 ans, personne ne peut décider à ta place, mais ce soutien est important. Rappelle-toi que, quoi que tu décides, c’est ton corps et donc ta décision.

Si tu n’es pas à l’aise d’en parler avec tes proches, sache que plusieurs professionnel·le·s peuvent t’aider à évaluer les pour et les contre de chaque option, comme l’infirmier·ère ou l’intervenant·e de l’école ou Tel-jeunes. Il existe aussi des organismes spécialisés où des intervenant·e·s peuvent répondre à toutes tes questions, comme SOS Grossesse, Grossesse-Secours et SOS Grossesse Estrie.

Pour des outils d’aide à la décision

Les différentes options possibles

Si tu es enceinte, trois options sont possibles : poursuivre la grossesse pour devenir parent, confier l’enfant en adoption ou avoir recours à l’interruption de grossesse (avortement).

Poursuivre la grossesse pour devenir parent

C’est une décision importante qui est tout à fait valide. Être parent, c’est un rôle très exigent qui implique beaucoup de responsabilités, parce qu’une personne dépend entièrement de toi. On te propose donc quelques pistes de réflexion à explorer. 

  • As-tu des personnes dans ton entourage qui pourront te soutenir dans ton rôle de parent (exemple, ta famille, un·e partenaire, un·e intervenant·e du CLSC)?
  • Tu peux également réfléchir à ton milieu de vie et à comment tu peux avoir un enfant dans le contexte. Si par exemple tu habites avec tes parents ou d'autres personnes: est-ce réaliste d'avoir un enfant dans ton environnement? En as-tu parlé aux adultes avec qui tu vis? Si tu es toujours aux études ou souhaites poursuivre, qui pourra t’épauler dans ce nouveau rôle?
  • Quels sont tes moyens financiers? Un·e travailleur·euse social·e de ton CLSC peut te diriger vers de l’aide financière.

Poursuivre la grossesse et confier l’enfant en adoption

Il est possible de poursuivre ta grossesse, puis de confier le bébé en adoption. Pour plus d’informations sur cette option, il faut contacter un·e intervenant·e du CISSS ou du CIUSSS de ta région. N’hésite pas à faire ces démarches avec un·e adulte de confiance.

L’interruption de grossesse (avortement)

L’interruption de grossesse, c’est une intervention médicale tout à fait sécuritaire qui permet aux femmes, aux personnes trans et non-binaires de mettre fin à une grossesse non désirée. C’est gratuit avec la carte d’assurance-maladie. Sinon, les frais peuvent aussi être couverts par une assurance privée.

À partir de 14 ans, tu n’as pas besoin de l’accord de tes parents pour y avoir recours. C’est ton corps, et donc ton choix. Par contre, si tu as 13 ans et moins, tes parents devront donner leur autorisation. Si leur en parler te stress, n’hésite pas à nous contacter pour qu’on regarde avec toi différents moyens d’aborder le sujet avec eux. 

Jusqu’à quand?
Au Québec, tu peux avoir légalement recours à l’avortement à tout moment d’une grossesse. Pour les grossesses avancées, tu peux avoir à te présenter dans un établissement de santé spécialisé.

Source : Éducaloi (2021).

Où aller?
Les hôpitaux, plusieurs CLSC, des centres de santé des femmes, des cliniques privées offrent le service d’avortement. 

Pour trouver un endroit près de chez toi, consulte cette carte.

Comment ça se passe?
Il existe deux méthodes : la méthode par médicaments et la méthode par instrument.

La méthode par médicaments : 
  • Tu reçois une prescription de deux médicaments que tu devras prendre chez toi. Le premier interrompt la grossesse et le deuxième, qui est pris 24 à 48h après, provoque des contractions qui mènent à l’expulsion du contenu de l’utérus. Tu peux ensuite avoir un rendez-vous de suivi à la clinique pour valider que l’intervention s’est bien déroulée.
  • Cette méthode est possible jusqu’à la 9e semaine de grossesse. Il faut prendre rendez-vous rapidement, car il peut y avoir des délais d’attente.
  • Même si elle est réalisée chez toi, n’hésite pas à demander à une personne de confiance de t’accompagner dans ce processus.
La méthode par instruments : 
  • L’intervention se fait sous anesthésie locale (tu demeures conscient·e) et il est possible de prendre un médicament pour limiter la douleur. Elle dure une quinzaine de minutes et tu peux, selon les établissements, être accompagné·e d’une personne dans la salle. Il est important qu’une personne puisse te ramener à la maison ensuite.
  • Cette méthode est possible à partir de la 5e semaine de grossesse.

Tu ne sais pas vers quelle méthode te tourner? Tu n’es pas seul·e là-dedans. En prenant rendez-vous auprès d’un établissement de santé, on prendre le temps de bien t’expliquer chacune des méthodes. 
Sache que tu as le droit de poser toutes les questions que tu souhaites.  

Et les conséquences?
Un avortement est sécuritaire. Les complications physiques sont extrêmement rares. Mais c’est possible qu’au plan émotionnel, ça te fasse vivre plusieurs choses. Fais-toi accompagner (pendant et après) par une personne de confiance. Il n’y a aucune gêne à avoir recours à une interruption de grossesse. Si tu as besoin de parler, on est là pour toi. 

Source : Ta raison c’est la bonne. (2021).  

Pour plus d’infos sur l’avortement

Tous les thèmes
Administration
Tel-Jeunes
Comment ça marche? © 2022 Tel-jeunes Tous droits réservés.
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance: 136403649RR00001
Continuer la conversation