Cacher cette page

Être une personne alliée, c’est poser des gestes concrets qui soutiennent les personnes de la communauté LGBTQ+, reconnaissent et défendent leurs réalités pour contribuer à leur bien-être et leur acceptation 💪🏾. Les allié·e·s sont généralement des personnes hétérosexuelles et cisgenres. Toutefois, certaines personnes LGBTQ+ choisissent aussi de soutenir d’autres communautés que la leur.

Référence : Fondation Émergence. (2021). Lexique. Repéré ici.

Il n’y a pas de guide universel pour être un·e bon·ne allié·e. Il faut souvent s’adapter aux situations et aux personnes concernées. Avant tout, il faut faire preuve d’humilité et se questionner sur nos motivations (est-ce que je le fais pour les bonnes raisons?). 🤝

Voici quelques idées de ce que tu peux faire pour changer les choses, un geste à la fois :

Être à l’écoute

Ça te permet de mieux entendre ce que tu ne connais pas. 👂 Être une personne alliée, c’est tenter d’entrer dans la vision des choses de l’autre, tout en reconnaissant que, comme nos réalités sont différentes, on ne peut pas pleinement comprendre ce que l’autre vit et ressent. En admettant que notre compréhension soit limitée, on peut alors réellement être dans l’accueil de l’autre et être réceptif·ive à ses besoins.

S’informer par soi-même

Les personnes LGBTQ+ ont souvent la tâche d’éduquer les personnes autour d’elles sur leurs réalités et ça peut devenir essoufflant. Être une personne alliée, c’est prendre la responsabilité de s’informer par soi-même avant de solliciter les personnes LGBTQ+ qu’on connait pour poser nos questions. De cette façon, tu évites d’ajouter à la charge déjà importante que portent les membres de la communauté. Les moyens de s’informer sont nombreux (recherche sur Internet, podcast, suivre des créateur·trice·s de contenu LGBTQ+ sur les réseaux sociaux, lire des livres 📚), il suffit de trouver celui qui te convient le mieux. 

Challenger ses biais inconscients

(Ce sont des préjugés qu’on peut avoir sans même le savoir). On en a tous et toutes, qu’on soit un peu, moyennement ou très informé·e·s sur le sujet. L’important, c’est de les reconnaître et de corriger le tir. Pour en savoir plus sur les biais inconscients

Accepter qu’on puisse faire des erreurs

Même les personnes les mieux informées sur le sujet en font. C’est normal de ne pas tout savoir. Si une personne te corrige, il ne faut pas le prendre personnel : c’est correct d’être en apprentissage. Règle générale, présenter ses excuses et tenter de comprendre ce qu’on pourrait faire différemment est une bonne façon de désamorcer ces situations. Sinon, donne du temps à la personne et respecte que tu puisses l’avoir froissé ou blessé bien malgré toi.

Éviter de présumer l’identité ou les attirances d’une autre personne

L’idéal, c’est d’attendre de voir comment une personne parle d’elle-même. Tu peux ensuite savoir comme t’adresser à elle ou parler de cette personne. Cela peut te permettre, par exemple, de savoir quel(s) pronom(s) elle utilise (elle, il, iel, etc.). Dans la même lignée, tu peux aussi remplacer le « As-tu un chum/une blonde? » par « Es-tu en relation? », pour éviter de présumer l’attirance de l’autre, ou encore utiliser le terme « personne » plutôt que « gars/fille ». Ce sont de petits changements qui apportent beaucoup!

Ne pas remettre en question comment une personne s’identifie

On peut difficilement questionner l’identité d’une autre personne! L’orientation sexuelle et l’identité de genre : ça ne regarde que la personne concernée.

Partager du contenu LGBTQ+

Suivre sur les réseaux sociaux des personnes qui s’identifient à la communauté LGBTQ+ et partager leur contenu. C’est un petit geste qui peut te permettre de t’éduquer (et de le faire avec les autres) sur différents enjeux que vit la communauté. Mettre de la diversité dans ton feed Instagram ou Tiktok, ça fait du bien!

Dénoncer les gestes et les propos homophobes, biphobes et transphobes 🚫

Quand on se sent en sécurité de le faire, c’est important de prendre action devant des gestes aussi inacceptables. Il faut toutefois garder en tête et respecter que certaines personnes concernées n’aiment pas qu’on parle à leur place. Si tu reçois ce commentaire, ne le prends pas mal. Tu as fait ce que tu croyais être la bonne chose, et cette discussion est peut-être simplement le moyen de mieux comprendre le rôle que tu dois jouer comme allié·e pour cette personne.

Toi, qu’est-ce que tu fais pour être un·e allié·e?

Joindre un intervenant Tel-jeunes
Téléphone: 1 800 263-2266 Texto: 514 600-1002 Courriel Clavardage Comment ça marche
Tous les thèmes de Tel-jeunes
Administration
© 2021 Tel-jeunes Tous droits réservés.
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance: 136403649RR00001
Continuer la conversation