Cacher cette page
Ça va pas

Automutilation

Qu'est-ce que l’automutilation?

S’automutiler, c’est s’infliger des blessures à soi-même. L’automutilation peut se présenter sous différentes formes: coupures, égratignures, brûlures, coups à la tête, surdose de médicaments, etc.

Automutilation = idées suicidaires?

Une personne qui s’automutile tente de gérer des émotions trop intenses en utilisant une stratégie négative. Souvent, les blessures qu’elle s’inflige ne sont pas une tentative de mettre fin à ses jours, mais plutôt une manière maladroite de lutter contre sa détresse émotive.

Raisons possibles

• Pour exprimer des émotions intenses et douloureuses quand la personne se sent dépassée
• Pour soulager une douleur et une détresse psychologique
• Pour demander de l’aide et du soutien
• Pour se donner l'impression de contrôler une situation où l’on craint de perdre le contrôle
• Pour apaiser une sensation de vide ou d’engourdissement

Risques ou dangers

Le soulagement que peut procurer l’automutilation ne dure pas. Les cicatrices, elles, peuvent être permanentes. L’automutilation peut aussi te faire entrer dans un cercle vicieux: tes émotions sont trop intenses, tu te fais mal, les émotions ne disparaissent pas, elles augmentent… tu te sens coupable et impuissant·e, et tes gestes d’automutilation deviennent de plus en plus fréquents et dangereux.

Exprimer tes émotions douloureuses

Il existe différentes façons d’exprimer tes émotions douloureuses: crier dans un oreiller, se défouler dans le sport, pleurer, utiliser l’art (dessin, chant, etc.), prendre de grandes respirations. Répète-toi que tu peux contrôler ton envie de te faire du mal, que ce n’est pas cette envie qui te contrôle. Écris un mot positif sur la partie de ton corps où tu te blesses le plus souvent. Pour t’aider, tu peux aussi appeler un·e ami·e ou contacter Tel-jeunes.

Questions les plus posées

Mon ami·e a des marques. Devrais-je lui en parler?

Si tu es à l’aise d’aborder le sujet avec ton ami·e, choisis un moment propice et vas-y. Rappelle-toi simplement que tu n’es pas un·e professionnel·le de la santé. Ton rôle est de l’encourager à aller chercher de l’aide, tout en mettant tes limites et en exprimant tes émotions. Tu peux lui dire, par exemple, que tu es inquiet·ète pour lui·elle, et que tu te sens impuissant·e. Même si c’est peut-être difficile pour toi de comprendre pourquoi il·elle fait ça, ton ami·e a besoin que tu restes calme et que tu l'écoutes sans le·la juger. Souvent, il·elle peut de sentir honteux·euse de son comportement.

Comment aider un·e ami·e qui s’automutile?

Même si tu es en colère ou que tu paniques, ton ami·e a besoin que tu le·la prennes au sérieux et que tu l’écoutes sans le·la juger, car il·elle peut avoir honte. Le·la critiquer ne fera qu’empirer la situation. Encourage ton ami·e à chercher de l’aide professionnelle, accompagne-le·la dans ses démarches. Rassure ton ami·e en lui disant que tu l’apprécies et que tu es là pour lui·elle. Pose-lui des questions pour qu’il·elle exprime ses émotions. Surtout, ne reste pas seul·e avec cette situation. Va chercher du soutien, car cette situation peut devenir lourde. Tu peux en parler à Tel-jeunes.

Une personne devrait-elle arrêter de s’automutiler?

Oui, même si cette personne affirme que l’automutilation la soulage ou lui fait du bien. D’abord, parce que le soulagement ne se fait ressentir qu’à court terme. La personne peut rapidement devenir accro à ce bref soulagement, recommencer et entrer dans un cercle vicieux. À long terme, la situation risque d’empirer. Dès que la personne a des émotions difficiles à contenir, elle se fait mal. Tôt ou tard, les émotions reviennent et augmentent. Elle se sent alors coupable et recommence de plus en plus souvent, et de façon de plus en plus risquée...

Puis-je arrêter ce comportement par moi-même?

Certains vont s’en sortir par eux-mêmes, en utilisant d’autres moyens pour se défouler et exprimer leurs émotions, comme le sport, l’art, les sorties avec les ami·e·s, la respiration consciente et profonde, etc. D’autres auront besoin d’aide et d’accompagnement. Si tu te sens impuissant·e face à ta situation et que l’envie de te faire mal demeure trop forte et présente, n'hésite pas à consulter un·e professionnel·le de la santé qui pourra te donner des outils pour t'aider à te sortir du cercle vicieux de l'automutilation.