Cacher cette page
ITSS

VPH

Les virus du papillome humain (VPH) sont une famille de virus qui causent des condylomes (des verrues génitales et anales), des lésions précancéreuses et le cancer du col de l’utérus, de l’anus et d’autres organes génitaux. Les infections par les VPH sont les ITSS les plus répandues en Amérique du Nord, et elles sont très contagieuses.

Il existe plus de 100 types de VPH, dont plus de 40 types sont transmissibles sexuellement. Certains présentent des risques très élevés d’entraîner un cancer, et d’autres moins. Jusqu’à 75% des filles et des gars actifs sexuellement seront infectés par un VPH au cours de leur vie. Ça ne veut pas nécessairement dire qu’ils développeront un cancer, mais il faut quand même être prudent.

Transmission

Un VPH se propage surtout par contact sexuel vaginal, oral ou anal avec ou sans pénétration. Il peut se transmettre par simple contact de la peau avec une région affectée. Tu peux attraper un VPH lorsque tu touches les organes génitaux de ton·ta partenaire avec ta bouche, même si tu n’as pas de relation sexuelle avec pénétration. Une mère peut aussi transmettre l’infection à son bébé pendant l’accouchement. Tu peux attraper un VPH plusieurs fois dans ta vie.

Symptômes

Dans la plupart des cas, le VPH ne provoque pas de symptômes. Plusieurs personnes peuvent donc le propager sans le savoir, car il est très contagieux.
 
Parfois, ces infections sont inoffensives, et elles disparaissent d’elle-même en moins de 2 ans. Cependant, un VPH peut demeurer dans l’organisme et réapparaître plusieurs années plus tard.

VPH de types 6 et 11

  • Ils peuvent se manifester par des condylomes (verrues génitales et anales).
  • Chez la femme, les condylomes se retrouvent sur la vulve, l’urètre, le col de l’utérus, l’anus et les cuisses.
  • Chez l’homme, ils se retrouvent sur le pénis, le scrotum, l’anus et les cuisses.
  • Les condylomes sont visibles à l’œil nu et peuvent ressembler à des boutons ou à de petits choux-fleurs.
  • Ils ne sont souvent pas douloureux. Toutefois, ils peuvent causer de l’irritation, de légers saignements et une sensation de brûlure lors de relations anales ou lorsque la personne va à la selle.
  • Ils peuvent apparaître plusieurs mois ou plusieurs années après le contact avec la personne infectée. Ils peuvent aussi rester pendant des années avant de disparaître.

 VPH de type 16 et 18

  • Ces VPH peuvent se manifester à travers des lésions précancéreuses, le cancer du col de l’utérus ou d’autres cancers génitaux dont les symptômes ne sont pas visibles à l’œil nu.
  • Environ 85% des personnes atteintes de ces types de VPH élimineront le virus de leur organisme avec le temps, alors que 15% seront porteurs de ces VPH toute leur vie.

Dépistage et traitement 🔍

Le dépistage peut se faire lors d’un examen gynécologique pour les femmes (test Pap) ou urogénital pour les hommes. Tu dois passer un test de dépistage tous les trois ans à partir du moment où tu es actif·ve sexuellement. Les condylomes sont visibles à l’œil nu lorsqu’ils apparaissent sur les parties externes des organes génitaux.

Il existe un vaccin pour prévenir les types de VPH les plus courants (type 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58). Pour en savoir plus, renseigne-toi auprès de ton médecin.

Actuellement, il n’existe aucun traitement efficace pour guérir définitivement une infection par un VPH. Toutefois, ton médecin peut te prescrire des traitements pour faire disparaître les condylomes. Ces traitements durent de 6 à 8 mois. Cependant, même si les condylomes disparaissent, tu demeures atteint du virus. Cela veut dire que les condylomes peuvent réapparaître et que tu peux propager le virus à ton·ta partenaire.

Prévention

Pour éviter que le virus se propage, évite les rapports sexuels lorsque tu reçois ton diagnostic, et dès l’apparition de condylomes. Rappelle-toi que le condom ou la digue dentaire (une feuille de latex qui protège la bouche) n’offrent pas une protection complète. En effet, ils ne couvrent pas toutes les zones du corps qui peuvent être infectées. Évite de partager des articles sexuels et nettoie-les après chaque utilisation. Enfin, demande à tes partenaires sexuel·le·s de voir un médecin pour passer un test de dépistage, même s’ils·elles n’ont pas de symptômes.