Cacher cette page
Ça va pas

Troubles alimentaires

Un trouble de l’alimentation, qu’est-ce que c’est?

Une personne souffre d’un trouble de l'alimentation lorsque son poids ou ce qu'elle mange devient une obsession. Très souvent, son objectif est de devenir toujours plus mince, même si elle l’est déjà. Cela dit, certaines personnes peuvent souffrir d'un trouble de l'alimentation sans avoir l’intention de maigrir. Elles vont manger énormément pour obtenir un sentiment de réconfort, sans avoir vraiment faim. Ces personnes vont ensuite ressentir un grand sentiment de culpabilité et de honte, qui pourrait les mener dans un état dépressif.

Plus d'information ici

Un trouble de l’alimentation, ce n’est pas…

  • un caprice alimentaire: il peut être normal de manger moins en situation de stress ou de vouloir suivre une routine particulière en ce qui concerne son alimentation
  • avoir de la difficulté à s’alimenter sainement de temps en temps, suivre une diète ou être préoccupé·e par son corps ou son poids

Ainsi, ce n’est pas parce qu’une personne fait attention à son alimentation ou qu'elle suit un régime qu’elle souffre d'un trouble de l’alimentation.

En savoir plus

Différents troubles alimentaires

Et aussi...

?

Questions les plus posées

Tu penses souffrir d’un trouble alimentaire?

Si tu présentes des symptômes d’un trouble alimentaire, sache que tu peux en guérir. Il te sera toutefois difficile de t’en sortir seul·e. Consulte un·e professionnel·le qui saura t’accompagner. Il est aussi important que tu t’entoures de tes parents et/ou d’un·e ami·e de confiance tout au long de ta démarche. Ils seront tes meilleurs alliés dans les moments plus difficiles.
Le chemin qui mène à la guérison peut te sembler long et difficile, mais il en vaut la peine! La guérison te permettra de vivre pleinement, de te réaliser et de redevenir la personne que tu es... pour vrai!

Je n'arrive pas à aider mon ami·e à manger plus. Que faire?

Ce qui ne l'aidera pas: l’obliger à manger plus, le·la féliciter s’il·elle mange quelque chose ou le·la complimenter sur son apparence. Ton ami·e peut ressentir de la pression, ce qui pourrait le·la mener à s’isoler. L’état de santé de ton ami·e dépend de son état psychologique et seuls des professionnel·le·s de la santé pourront l’aider à s’en sortir. De ton côté, tu peux l’aider à aller consulter. Évite de faire des commentaires sur son apparence, sur la nourriture ou sur son poids. Reste seulement présent·e et à l’écoute. Le premier pas vers la guérison est de se confier et de prendre conscience qu’on a un problème...

Comment savoir si j’ai vraiment un trouble alimentaire?

Certains signes peuvent te mettre la puce à l’oreille: tu n’es jamais satisfait·e de ton poids et il t’obsède, tu t’isoles et tu évites les repas avec d’autres personnes, tes habitudes alimentaires ont grandement changées (tu ne manges presque plus ou, au contraire, tu manges en quantité excessive), tu te sens coupable après avoir mangé, etc. Une fois ces signes identifiés, entoure-toi de personnes de confiance comme tes parents ou un·e ami·e et consulte un·e professionnel·le de la santé. Il·Elle est le·la seul·e à pouvoir diagnostiquer un trouble alimentaire.

Est-ce que les troubles alimentaires se soignent?

Bien sûr, à la condition d’être bien accompagné·e. Consulte un·e professionnel·le de la santé qui saura t’accompagner et t’épauler. N'abandonne pas tes efforts, même si le temps te paraît long et même si ce n’est pas facile. Une fois que tu seras complètement guéri·e, tu pourras enfin te concentrer sur tes rêves, sur tes objectifs, et tu pourras les atteindre plus facilement.

C’est grave si je surveille ce que je mange?

Il faut faire une distinction entre un trouble alimentaire et le fait de prendre soin de sa santé en faisant attention à ce qu'on mange. Si tu as une insatisfaction par rapport à ton corps qui te pousse à te priver de nourriture ou à te faire vomir, il faut que tu consultes ton médecin. Ce sont des pratiques à risque pour ta santé et il est important que tu développes d’autres outils pour prendre soin de toi. Au besoin, demande conseil à un·e professionnel·le, comme un·e nutritionniste ou un·e entraîneur·e pour qu’il·elle t’accompagne vers de meilleures