Comment lui en parler?

avatar

RamenAvenant8

elle/elle

1a

Depuis quelques jours je reçois des courriels de GayNext. Je n’y portais pas vraiment attention mais aujourd’hui je clique sur un : *username* a répondu à votre publication. En panique je clique donc sur *supprimé là publication* pensant que par inattention j’ai publié quelque chose. Puis je me retrouve sur internet face à une publication avec le visage de mon frère pour confirmer la suppression. JE NE SAIS PAS QUOI FAIRE ! J’ai peur que si je lui en parle il ai peur et me mentent, il pourrait être gêné que j’ai lu le message osé sous ça publication et m’en vouloir ou prendre personnel que je pense qu’il sois gay alors que ce n’était qu’une blague. Je ne sais pas quoi lui dire et je n’ai absolument rien contre l’homosexualité, mais j’aimerais confirmer ce que j’ai vu.

Réponses

  • avatar

    CactusPositive2

    elle/elle·17 ans

    1a

    Salut RamenAvenant8,

    Pour moi, il est évident que tu dois éclaircir la situation avec ton frère. Montre lui rapidement que tu le soutien à 100% et qu'il peut se confier à toi. C'est sûr que ce ne sera pas un moment super agréable, mais je crois qu'il faut que tu passe par là.

    Bon courage!

    CactusPositive2

Dernières publications

Liste de discussions

  • avatar

    PâtesLogique17

    Préfère ne pas répondre

    21h
    Morale fragile

    Je ne sais pas trop pourquoi mais avec moi il y a toujours qqch qui cloche. En fait j'ai l'impression que mon morale est comme limité. Si je suis trop heureuse une journée à la fin je suis encore plus triste que d'habitude. Des fois ma tristesse reste quelques jours et des fois elle part du jour au lendemain. J'en ai marre. J'aimerais pouvoir etre heureuse sans me retrouver aussi mal le soir.. Pourquoi est ce que ça m'arrive. :(

  • avatar

    CayennePrudent14

    elle/elle

    23h
    Re bonjour !

    Bonjour à tous ! J'avais auparavant déjà fait un post ou je racontaient ce qu'il ce passait avec moi. J'ai pas forcément eu beaucoup de réponses et je me sens de plus en plus perdue. Je pleure pour rien je me sens vide mais genre vraiment vide. J'avais raconter que j'avais déjà tenter de m'automutiler pour me libérer d'une certaine charge mental mais j'ai par la suite continuer mais pas pour la même raison. Je ne ressens rien ou alors ×1000 c'est donc très compliquer pour moi c'est temps ci d'être avec mes amies. Je provoque des chicane et je me sens fautive par la suite. Tout me dérange et tout me fait me sentir seule. J'ai l'impression de ne pas être écouter. Lorsque je me mutile, j'essaie de retrouver quelque choses. J'essaie de vivre. Je n'ai pas forcément d'idée suicidaire je suis saimplement neutre. Je ne trouverais pas le courage de passer à l'acte de toute manière. Je me dit saimplement que je ne vit plus mais que je survit. J'ai un passer plutôt compliquer et des moment difficile qui me suivent depuis très longtemps déjà. Je cherche de l'aide mais je ne sais pas où aller. S'il vous plaît pourriez vous m'éclairer et me dire si je suis normal de me sentir comme ça ?

  • avatar

    KoalaPatient10

    elle/elle

    23h
    Je me sens comme meurtrier

    Je me tenait devant la clinique, mon cœur battant la chamade dans ma poitrine. j' avait pris la décision de subir un avortement après une erreur que j'avait faite avec son petit ami.on est jeunes, insouciants, et n'avaient pas pris les précautions nécessaires. La pensée de devoir l'annoncer à mes parents me remplissait d'une terreur indescriptible. Ma famille et moi sommes conservateurs, religieux, et l'idée d'une grossesse non planifiée les aurait dévastés.J'entra dans la clinique, les larmes aux yeux, le poids de la culpabilité pesant sur mes épaules. Le processus était douloureux, à la fois physiquement et émotionnellement. je me sentait seule, terrifiée par l'avenir incertain qui m'attendait.Après l'intervention, je rentra chez moi, gardant le secret enfoui au plus profond d'e moi-même. Chaque jour était une lutte pour maintenir les apparences, pour cacher la douleur et le chagrin qui me consumaient de l'intérieur. Je portait le fardeau de ma décision en silence, espérant désespérément que mes parents ne découvriraient jamais la vérité.Mais même si je gardait mon secret bien caché, l'avortement me hantait jour et nuit. je me demandait si j' avait fait le bon choix, si j'aurait dû assumer les conséquences de mes actes. La douleur de la perte et le poids de la culpabilité étaient devenus une partie indélébile de mon être, et je savait que je devrait vivre avec ces regrets pour le reste de ma vie.

  • avatar

    KoalaPatient10

    elle/elle

    23h
    Je me sens LONELY

    Je regarde tous les message dessus se site et je me sens que je veux des relation mais je ne veux pas demander a mon copain car il est trans-gender et je veux pas le pousser car on est encore jeune mais je veux le faire mais je veux qu'il soit près aussi AIDE MOI SVP