Mes parents sont des musulmans hyper susceptibles qui sont bloqué dans une époque révolue [857 mots]

avatar

NuageIntéressante13

il/lui

4m
Allo TJ, encore moi!

Mes parents sont des musulmans hyper susceptibles qui sont bloqué dans une époque révolue.

Pour commencer, je tiens à dire que je n'ai JAMAIS été croyant. Fun fact: Déjà tout petit je remettais en question la présence du "Paradis".
Pour une raison que j'ignore, mes parents n'ont pas réussi à m'apprendre l'arabe et cela fait en sorte que je ne comprend aucun mot ayant rapport avec la religion. De plus, ils m'imposent la prière seulement au Ramadan et encore là, c'est totalement ridicule. Tout ce que je fais c'est suivre les gestes de mon père et rester silencieux.
Donc déjà la religion c'est quelque chose qui m'irrite. Depuis plusieurs années j'entend les versets du Coran dans la maison et aussi dans la voiture. Je ne comprend rien du tout et ça fait juste se transformer en bourdonnement agaçant. Imaginez juste: Entendre un muezzin réciter sans arrêts des phrases dont la signification vous est inconnue. Et évidemment je n'ai aucun mot à dire là-dessus puisque je suis apparemment automatiquement aussi musulman. Mettre en doute la religion dans ma famille c'est accueillir une troisième guerre mondiale. Éducaloi dit que les parents ont le droit de transmettre leurs croyances à leurs enfants, mais pas de l'imposer.
• Ma première question est: Ai-je le droit de refuser ces croyances religieuses avec raison? Dans le sens où si mes parents ne sont pas en accord avec mon avis sur la religion, je peux avoir recourir à un service qui pourrait m'aider dans ma démarche afin de ne plus être oppressé pour prier?

Deuxièmement, mes parents sont H Y P E R susceptibles. Cette fois, mettez vous en tête une troupe de 30 "Karen" qui """argumentent""" entre elles. Ils ont toujours raison et on doit faire EXTRÊMEMENT attention aux mots qu'on utilise. Si je dis « Oh my god », mes parents vont juste dire « Dieu n'a rien à faire dans cette situation ». Ou bien si je dis « Je vais pas mourir », mes parents vont riposter « Mon dieu, la mort, ça a pas rapport et c'est trop violent ». (On s'entend ils disent pas ça mot pour mot, mais ça y ressemble.) De plus ils ont un sérieux problème avec l'intimité et les droits de leurs enfant. Disons que si l'école/un hôpital demande mon consentement ils pètent une crise. Ils vous sortent le « Mais c'est notre fils » et les « Il habite chez nous et on le nourri, ça va de soi qu'on est prioritaire face à ça ». (Encore une fois, pas mot pour mot.) Donc ça fait en sorte que j'évite tout contact visuel avec eux et m'enferme la plupart du temps dans ma chambre, car je sais que démarrer une discussion avec eux c'est juste baisser leurs estime à mon égard.
• Ma deuxième question est: Y aurait-il un moyen d'engager une discussion avec eux et leur faire comprendre clairement que ce comportement m'agace et qu'ils pourraient faire un effort pour changer?

Troisièmement et finalement mes parents sont bloqué dans le passé. Ça va paraître cliché, mais c'est littéralement le cas de « On souhaite que notre fils devienne médecin, ait une femme, des enfants et leur transmette à tous la religion musulmane ». Le petit hic ici c'est qu'ils ne peuvent pas s'enlever cette morale car ils auraient apparemment "Tout abandonné en Algérie pour venir nous faire étudier moi et mon frère au Québec pour avoir de bonnes conditions de vie". Il est très vrai que logiquement, si tu as tous les outils en main, lance toi dans les études et fait le plus de choses possible, car plusieurs autres personnes n'ont pas cette chance. Sauf que l'affaire c'est que déjà de 1: Je veux devenir secrétaire, et de 2: Je suis nul dans plusieurs matières à l'école et est très lent dans son avancée scolaire. L'université et le cégep ne m'intéressent PAS DU TOUT et même que j'ai envie de faire plusieurs petites carrières qui n'auront pas la meilleure paye, mais qui vont me garantir une vie plus attrayante. J'ai dis que je voulais devenir secrétaire, mais aussi boulanger & coiffeur.
• Ma troisième question est: Ai-je raison de ne pas incarner l'enfant parfait qu'ils avaient tant voulu? Dois-je faire des efforts pour accomplir au moins un de leurs souhait afin de rendre leur immigration sensée?

En guise de conclusion je vous présente le gouffre qui me sépare de mes parents. Je suis un homosexuel de 17 ans très ouvert d'esprit qui écoute du métal, qui adore les vêtements et qui a un TDA (sans hyperactivité). Mes parents sont des religieux très orgueilleux & conservateurs (pas dans le sens politique lol) qui pratiquent l'homéopathie et suivent une tonne de groupe conspirationnistes.
Je souhaite vivre en colocation, aller au professionnel et ne pas me marier/avoir des enfants. Mes parents souhaitent que je reste chez eux jusqu'à ce que j'ai un emploi (qui gagne beaucoup) et que je sois revenu à la maison avec une arabe prête à fonder une famille.

Réponses

  • avatar

    Casouletprodigieux3

    elle/elle

    4m
    Salut!
    Je comprends, tu sais, la religion c'est former de plusieurs croyances. Mais c'est aussi un choix personnel du croire ou pas selon moi. Par exemple dans mon cas, si on y va avec les liens de sang je suis chrétienne mais je me sens tellement pas chrétienne. Je me considère juive ouais, j'ai pas le sang juif et puis? Pour moi, la question de la relation vest se trouver sois même. Pis si tu crois en aucune croyance religieuse et bien, t'as le droit! Oui, biologiquement tu es musulman, mais ça c'est ton sang et on choisit pas nos parents biologiques! Mais, après, quand tu grandit, tu devient un être humain différent de tous et tu fais tes propres choix. Donc oui, tu as le droit de ne pas être d'accord avec les croyances de tes parents. Ce sont celles de tes parents, ce ne sont pas obligatoirement les tiennes selon moi. Pour ce qui est de leur dire, ya juste une faim de leur dire.. c'est de leur dire! 😅 Je sais que c'est difficile, je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire mais je penses wue la meilleure façon serait de leur dire dans un moment calme et de parler au je et de rester respectueux. (Respecter toutes les croyances, même si ce ne sont pas les nôtres personnellement). Et enfin, tu sais, les gens peuvent Ben faire une image parfaite d'un enfant parfait, mais perso, personne est parfait pour tout le monde! Tu peut ben être parfait pour quelq'un et être tout le contraire pour un.e autre!! Donc l'enfant "parfait", selon moi, c'est celui qui est honnête avec ses parents. Qui se montre comme il est. Qui essaie pas de se mettre une couverture pour se cacher soi même. Et après, il ya les parents "parfaits", c'est ceux qui accepté leur enfant comme il est. Qui essaie pas de le changer, qui l'accepte tout simplement! Et pour le mariage et les enfants, c'est ton choix de te marier et/ou d'avoir des enfants et personne peut t'oblige à te marier ou pas et/ou à avoir des enfants ou pas. Ta vie tes choix!! Seulement des choix à toi!! J'espère que j'ai aider! Hésite pas si ya quoi que ce soit!!
    xxx
  • avatar

    RoseSympathique7 alltheme

    Ado TJ·elle/elle

    4m
    Salut!
    J'espère que tu vas bien!
    Ouin, je comprends comment tu te sens. C'est pas facile quand on a pas l'impression d'être compris correctement par ses parents. Surtout avec ton orientation sexuelle, le fait que tu ne sois pas croyant, tu as sûrement peur que tes parents le prennent mal (ou comme tu dis, ils vont assurément le prendre mal).

    Je sais que dans ce que je vais dire tu vas déjà le savoir ou pas te sentir compris (et ce n'est pas mon but), mais malheureusement tes parents ne peuvent pas décider tes croyances. C'est quelque chose qui t'appartient, et toute la Terre a beau te dire que c'est ça qui est arrivé à la création de l'univers, c'est ça qui est bien ou mal... Je veux dire, il n'y a que toi pour décider de tout ça, ce à quoi tu te rattaches le plus.

    Je te conseille peut-être t'attendre de vieillir un peu? Avant de leur en parler?

    Je suis désolée, je ne peux pas vraiment te conseiller dans le sens où je ne vis pas ça, et je trouve ça triste que tu doives te questionner mille et une fois et que tu aies de la difficulté à être toi-même dans un environnement où c'est ta famille :(

    J'espère que ça va s'arranger, essaie de peser les pour et les contre sur une feuille?

    Nous sommes là si tu as besoin oublie-le pas! Prends soin de toi xx
  • avatar

    TisaneBienveillante10 alltheme

    Ado TJ·elle/elle

    4m
    Salut!
    Ça doit pas être facile… c’est beaucoup de choses à gérer tout ça. Je suis contente que tu aies trouvé le forum pour nous en parler ;) Et si je ne me trompe pas, en plus, tu as écrit ta publication au tout début du ramadan. Alors tu es présentement en plein dans les prières obligées par tes parents… J’arrive à imaginer comment ça doit pas être le fun.

    Sincèrement, je crois que l’on n’a pas à être forcé de pratiquer une religion, alors je suis totalement de ton bord. Je ne trouve pas ça correct que tu doives pratiquer des rituels et faire des prières alors qu’ils ne respectent pas tes valeurs, tes opinions. C’est injuste. Alors pour moi, tu as totalement raison.

    Mais ce qui est bien, c’est qu’il y a moyen d’avoir la liberté de choisir ta religion.

    Tu sais, quand on y pense, il y a une soixantaine d’années, la religion catholique dominait dans énormément de secteurs au Québec. Pourtant, aujourd’hui, vraiment beaucoup de gens sont athées. Les gens se sont, avec le temps, peu à peu détachés de la religion catholique. Alors c’est la preuve que c’est possible de changer de religion malgré la pression. Mes parents étaient chrétiens quand ils étaient petits, maintenant ils sont athées et moi aussi.

    Je ne sais pas s’il y a un moyen accessible avec la loi d’empêcher que tu aies à être musulman alors que tu ne le veux pas. Il y en a sûrement, mais ça doit être compliqué. Ce que je te suggère, ce serait de peut-être aller voir un intervenant de ton école, de ton quartier ou bien de Tel-Jeunes ou Jeunesse J’écoute, par exemple. Ils pourraient vraiment t'aider, en te donnant des trucs ou en te référant à des ressources. Tu pourrais aussi essayer de prendre ton temps pour écrire une lettre à tes parents. Leur dire ce que tu ressens, leur expliquer ta réalité. Le but, ce ne serait pas de leur reprocher quoi que ce soit, ou bien de les attaquer. Ce serait vraiment de leur faire comprendre ton point de vue pour qu’ils puissent accepter que vos opinions diffèrent. En fait, ce serait de la même manière que tu l'as fait en écrivant cette publication sur l'Espace TJ! Tu as vraiment bien décrit comment tu te sentais, alors c'est parfait. C’est sûr que c’est pas garanti que ça va marcher, mais au moins tu aurais essayé de leur expliquer, et ce de façon respectueuse. Mais d’avoir l’appui d’un intervenant, je pense que ça pourrait vraiment t’aider. Et c’est certain qu’il y en a autour de toi!

    Je trouve ça tellement intéressant, les religions. C’est fascinant. Et j’aime aussi beaucoup réfléchir là-dessus. J’imagine que tu t’es déjà demandé plusieurs fois, toi aussi : Pourquoi?

    Pourquoi?

    Ce que j’ai trouvé comme réponse, c’est : pour le bonheur. Je pense qu’on vit pour connaître et faire connaître le bonheur. Et qu'il faut juste en être reconnaissant. Est-ce que ça doit nécessairement être envers quelqu’un? Je ne saurais dire. C’est libre à chacun de choisir. Mais pour moi, l’essentiel c’est juste d’avoir de la gratitude, point. Pourquoi est-ce qu’on a besoin d’être reconnaissant, alors? Pourquoi est-ce que certains croient qu’il faut un Dieu/des dieux à qui démontrer notre gratitude alors que d’autre n’en ressentent pas le besoin?

    Oups je viens de me rendre compte que je me suis égarée, je suis rendue bien trop loin de ta question de départ… Mais tout ça pour dire que la religion, c’est extrêmement complexe et fascinant, à mon avis. On n’en parle pas souvent, pourtant. En tout cas, pas avec mes amies! Mais j’y pense, tu pourrais demander conseils à ton/ta prof d’ECR! Iel a sûrement plein de réponses à tes questions ;)

    Maintenant, pour le comportement de tes parents, je crois qu’une bonne manière de leur en parler, ce serait d’abord de réfléchir à ce que tu veux leur dire, et ensuite à comment tu vas le leur dire. Pour t’encourager, tu pourrais te dire que tu seras majeur dans un an, alors l’argument de « C’est notre fils, nous sommes prioritaires pour cette décision » pour tout ce qui est consentement ne tiendra plus! Je ne les connais pas personnellement, alors je ne saurais pas vraiment te dire comment leur en parler. Mais je crois que c’est important de leur dire comment tu te sens et ce que tu souhaites. Et je te conseille de parler avec douceur, pour éviter de leur faire des reproches ;) Je me répète un peu avec les conseils que j’ai donnés tantôt pour leur écrire une lettre, en fait ce sont pas mal les mêmes! Tu pourrais justement leur écrire une lettre sur ça aussi, si tu préfères. Et même ajouter la partie sur ton avenir dans ce message. Et là encore, tu pourrais très bien demander de l’aide à un intervenant pour ça. Ils pourraient vraiment t’aider.

    Mon dernier conseil, c’est qu’une fois que tu leur a exprimé ton besoin et ce que tu ressens, je pense qu’ il faut bien les écouter. Ça peut être dur d’écouter quelqu’un avec qui on est en désaccord, mais c’est souvent comme ça qu’on arrive à mieux les comprendre, à se mettre à leur place et à régler le problème. Tu pourrais par exemple leur dire que tu ne veux pas les décevoir, que tu veux qu’ils soient heureux, que tu es reconnaissant des sacrifices qu’ils ont faits pour venir habiter ici. Et ensuite, tu pourrais leur dire ce qui te rendrait réellement heureux. Leur décrire ce que tu souhaites.

    Aussi, je voulais que tu saches que j’ai fait de mon mieux pour te répondre et que si j’ai dit quelque chose d’offensant au travers de ce message, j’en suis vraiment désolée et j’aimerais qu'on me le dise pour me corriger. Il y avait certains sujets quand même délicats, alors j’ai parfois eu un peu peur de mal m’exprimer à ce sujet. Je crois sincèrement que c’est beau que chacun ait des croyances différentes et qu’il faut le respecter et être ouvert à toute la diversité. Parce que c’est toutes ces couleurs qui rendent le monde plus beau ;)

    N’oublie jamais que tu n’es pas seul, qu’il y a de l’aide autour de toi. Tu as eu une belle idée de venir en parler sur le forum, je suis certaine que ta réalité rejoint celle de plusieurs autres et qu’à travers ton message, tu en aideras plus d’un :) Ne lâche pas, tu es une belle personne, tu mérites d’avoir la vie dont tu as envie ❤

    P-S : C’est tellement cool tes idées de job! J’adore l’idée de boulanger, ça doit être le fun ;) Coiffeur aussi! Et secrétaire, c’est original! Tu n'es vraiment pas obligé de répondre, mais je me demandanis : pourquoi est-ce que ça t’intéresse le secrétariat? Ça pourrait être bien, mais je n’avais jamais songé à avoir ça comme métier! Alors je me demandais juste pourquoi ça t’intéressait, toi :) Il faut dire que je n'ai jamais rencontré de secrétaire qui écoute du métal et qui porte de super beaux vêtements à la mode à son bureau! Je trouve ça vraiment cool!! Bref, je t’encourage vraiment à suivre tes passions et à faire le (ou les!) métier(s) dont tu as envie :)
  • avatar

    NuageIntéressante13

    il/lui

    3m
    Bonjour, bonsoir!

    J'ai lu vos commentaires et ne vous inquiétez pas: Non je n'ai rien trouvé d'offensant et même si c'était arrivé: je n'aurai pas raison de me fâcher, car ce ne sont que des propositions afin de remédier à mon cas. En tout cas, merci pour vos conseils!

    En fait je souhaite devenir secrétaire, car j'adore classer des trucs ou planifier des événements. Tout ce qui concerne l'organisation et l'administration me fascine, car je peux présenter de nombreuses manières de faire les choses à d'autres personnes. De plus, j'adore le graphisme et la mise en page et je vais pouvoir en même temps administrer et faire des logos et petits documents.

Dernières publications

Liste de discussions

  • avatar

    VolleybalPatient4

    il/lui

    1j
    Réseaux sociaux - estime de soi/trouble bordeline

    Salut ici!

    J'avais fait une publication il y a 6 mois. J'avais eu des retours assez gentils, mais ma situation a beaucoup évolué...

    En gros, dans ma précédente publication, je disais que j'avais vécu une sorte de harcellement, que j'étais accro aux réseaux, jaloux de l'image que pouvaient renvoyer les autres. Et j'étais incompris, vraiment triste.

    Déjà, je n'ai plus aucun suivi. Et c'est mieux comme ça. Peut être bizarre dit comme ça, mais pour moi je trouve que c'est mieux. J'aurais aimé avoir une psy qui le comprenne réellement, une thérapie qui marche.. ça n'a pas marché malheureusement. Aller chez la psy pour perdre mon temps, avoir la même réponse c'est frustrant et déprimant...

    J'étais également suivi par un centre thérapeutique, ou ils proposaient différents type d'activités. J'ai arrêté. Je me sentais incompris par l'éducatrice qui me suivait, les ateliers ne me plaisait pas forcément, je prenais du retard niveau cours. Je trouvais pas ma place, ça m'a pas beaucoup aidé finalement.

    Alors, est ce que c'est parce que ma situation est complexe, qu'il faut du temps, ou je suis une grosse merde qui s'investit pas assez. Qui pète un plomb pour rien, qui se victimise... j'en sais rien. J'avoue c'est un peu mélangé ce que je dis, mais je ne sais pas comment construire ce message, d'autant plus que j'aurais toujours les mêmes réponses qui me serviront à rien. (Oui, j'écris quand même ce message car j'ai un gros désespoir).

    Après avoir fait ce point la concernant ma publication de quelques mois j'en retiens un oint positif : le harcellement s'est arrêté. J'ai réussi à avoir des pseudo amis, mais c'est déjà ça...


    Enfin actuellement c'est assez compliqué.

    J'ai un problème profond qui me met dans un cercle infernal : les réseaux sociaux.. Bon, j'ai pas d'amis. J'ai aucune passion, je me sens vide parfois. J'aime pas le sport, j'aime pas le dessin, bref.

    C'est hyper compliqué pour moi. J'essaie de trouver des interactions, un terrain pour m'exprimer. Sauf que, la quasi totalité des comptes que j'ai sont des faux : car quand j'ai commencé à rejoindre au début tout bêtement je voulais pas mettre ma vrai tête. J'avais reçu beaucoup de compléments (avec un compte fake), j'y ai pris goût, mais quand les gens découvraient, on le rejetait, et insulté. Ça a duré longtemps.

    Un jour j'ai utilisé un vrai compte. Mais personne venait me voir. J'avais pas confiance en moi, donc c'était assez compliqué... dans les différents endroits que j'allais, j'arrivais pas à m'imposer. On disait que je me victimiser, enfin voilà..

    Et encore aujourd'hui ! Donc j'ai développé une haine, une haine des autres, quand je vois des gamins de 15 ans musclé, déjà en couple.. ça me donne la rage. Ceux qui comprennent pas disent que je me victimise, que je fais pitié. Ceux qui disent que je joue de mon trouble. Certes, les réseaux c'est pas la vraie vie! Mais moi, je fais comment sans ! La rentrée approche, j'ai pas envie qu'on me prenne Encore pour un feignant, car j'ai pas réussi à me lever le matin, parce que j'étais sur les réseaux, enfin bref. Je fais beaucoup de faux comptes pour le cacher et avoir de l'attention, mois ça me fatigue.. et ça marche plus. Donc je sais pas quoi faire. Quand je dis tout ça, on va me dire t'inquiète pas tu trouveras des amis, change pas pour les autres, fait du sport ça aide! Bah non. J'aime pas et on a pas tous les moyens financiers.. ensuite niveau psy j'ai été déçu (si, et c'est vraiment avéré, j'ai le trouble bordeline, c'est compliqué, car il faut une thérapie adaptée, en goutte à goutte. On est extrêmement sensibles. Si elle est pas d'accord avec moi, elle va être contre moi. Si elle me dit à chaque fois, faut du temps faut du temps, je vais être encore plus désespèré.. j'ai fait plusieurs centre déjà. J'ai été suffisamment déçu.)

    Ce trouble, j'ai l'impression que ça gâche tout. On rejette les autres oui, parce qu'on a peur. Des fois, c'est comme si un monstre sortaient en moi, je vais être sur discord par exemple, et péter un plomb sur quelqu'un en couple, disant que eux sont heureux, que personne me comprends... c'est des crises très envahissante pour moi (hétéroagréssivité en somme, mais ça m'avait déjà été diagnostiqué...). IRL, je me sur-adapte, donc oui, j'ai vite fait des amis, des 8h-17h. Mais je me retrouve seul. Des fois ma famille me reproche d'être toujours branché sur mon téléphone.. j'essaie de faire des efforts d'expliquer aux gens. Mais ça change rien et eux peuvent rien pour moi.

    J'ai l'impression que, bizarrement avec moi, rien marche. Pourtant, j'aimerais bien. Déjà qu'on m'aide à arrêter les faux comptes. Être compris, aimé. Entamer quelque chose de concret avec moi. C'est mission impossible. J'ai l'impression d'être différent, d'être cruel parfois. Je sais pas quoi penser de moi, ni comment je vais réussir. J'ai peur pour moi, et je commence à en avoir plus que marre. La rentrée approche j'ai peur. Pas pour les cours. Mais pour les réseaux. Faut que je m'y détache. Mais comment ? J'ai l'impression d'être souvent aigri, ne pas savoir quoi faire... j'ai aucune passion. Enfin, voilà.

    Pourtant, j'arrive à surmonter ça, essayer parfois, mais bon. C'est très compliqué. Alors que faire c'est ça la question ? Expliquer tout ca. Déjà fait. Arrêter les réseaux. J'arrive pas. Faire du sport : j'aime pas (et mes parents ont pas les moyen)

    Outre ça, j'ai ZÉRO confiance en moi, je le trouve moche cruel, et que personne s'intéresse à moi.

    Voilà, si quelqu'un connaît le trouble bordleine, aurais des réponses, ou des questions pour moi... je suis sincèrement preneur.

    Je remercie d'avance ceux qui vont me répondre ! <3

  • avatar

    RamenHumble5

    elle/elle

    1j
    Stress, perfection, dépression, l'histoire de ma vie.

    (Je préviens, ce qui suit est l'histoire de ma vie.)

    Quand je suis née, j'ai automatiquement développé un fort besoin de protection, j'ai toujours été EXTRÊMEMENT anxieuse, jusqu'à même que dans mes premières semaines, je ne pouvais VRAIMENT PAS être séparer de ma mère (même si j'étais avec mon père) , je faisais littéralement des ÉNORMES crises de rage, bref, fort besoin d'attention et de sécurité.

    L'année d'après, une personne est arrivé dans ma vie: MON PETIT FRÈRE.

    Imaginer vouloir tout l'attention du monde et que pendant un instant, ce n'était plus POSSIBLE. Vous voyez, j'ai deux frères, un grand (3 ans de plus que moi) et un petit (1 an et demi de moins que moi).

    L'année d'après, ma mère est tombé en dépression (pendant 4 ans), j'ai donc manqué pas mal d'attention durant ma petite enfance, car mon père n'était pas le plus présent, il travaillait beaucoup et c'était comprenable avec 3 enfants en bas âge.

    J'ai donc pas mal minimisé mes crises d'anxiété et de rage, mais cette anxiété n'a jamais disparu, je l'ai canalisé (Et j'avoue, j'étais doué à 5 ans).

    Durant mes premières années de primaire, j'ai découvert que mes deux frères étaient diagnostiqués TSA et TDAH (oui, les deux avec hyperactivité, mais plus dans la parole quand dans les gestes). Donc mes parents, déjà fatiguer par leurs travails (ma mère aux études et mon père en usinage temps plein), donc le restant de l'attention, ils devaient l'utiliser pour mes frères, donc j'ai eu très peu de soutient, donc j'ai encore plus canalisé moi mes émotions et mon anxiété, mais...

    J'avais trouvé une manière d'avoir de l'attention. J'ai nommé ÊTRE PARFAITE, parce que oui, mes parents me félicitaient quand j'avais de bonnes notes, c'était un des seuls moyens d'avoir de l'attention. Parce que oui, j'ai toujours eu de la facilité à l'école, et c'était encore mieux si je faisais mieux. Donc un objectif m'est venu en tête: ÊTRE LA PERFECTION NIVEAU SCOLAIRE (oui, c'est idiot, mais j'avais 7 ans, faut pas m'en vouloir).

    Donc j'ai continué ce petit jeu jusqu'à ma 3ième année du primaire. Parce qu'un nouveau problème est arrivé, j'ai nommé LES AMITIÉS, parce que ce n'est pas très simple à gérer, j'étais un trio avec deux filles, et une de ses deux là ne voulais pas que je sois leur ami. Du coup on m'a laissé planter là pendant 1 ans, seule (manque d'attention niveau suprême).

    Donc j'ai trouvé un nouveau truc pour résoudre ça (oui, c'est toujours nul, mais c ma mentalité d'enfant de 10 ans). J'ai décidé de ne pas être juste parfaite niveau scolaire, c'était rendu niveau PARTOUT. Je voulais être la perfection incarnée. Parce que c'est bien connu, on ne peut rien reprocher à la perfection. J'ajoute à ça que je faisais de l'anxiété TOUS les soirs, j'étais incapable de sortir de chez moi à cause de mon agoraphobie et de mon émétophobie sauf pour l'école.

    Donc, j'ai continuer avec cette mentalité de basse qualité jusqu'à ma 5ième et 6ième année, je décrirais en cinq mots:

    Anxiété de performance, TAG, trouble d'anxiété social, intimidation, fausses amitiés.

    Donc depuis ma 6ième année, je suis en dépression, je suis rentré au secondaire avec toute cette merde d'histoire et j'ai commencé à penser au suicide (J'y pense encore, et j'arrive pas à m'en débarrasser), j'ai fait une tentative de suicide (cachée, mes parents n'ont jamais su, juste une de mes amies) et il y a 4 semaines j'ai trahi une amitié en déchargeant mes émotions, j'ai quasi coupé les ponts avec une autre (ma crush) et je repense au suicide, j'ai vraiment le goût, mais j'ai promis à quelqu'un de ne pas le faire.

    Je me mutile et j'ai recommencé mes crises d'anxiété et de panique,

    BREF JE NE SAIS PLUS QUOI FAIRE je cache tout à mes parents, bien qu'ils se doutent de quelque chose.

  • avatar

    GrenouilleMinutieux3

    elle/il

    1j
    Est-ce que je m'auto-sabote dans mes relations?

    Bonjour, depuis toujours, mes relations amoureuses ne m'ont pas été très bénéfiques. Je finis souvent par tout gâcher. J'ai l'impression que quand ça va bien avec un personne, c'est qu'il y a un truc qui cloche. Quand tout va mal, c'est okay, mais quand tout va bien, c'est chelou. J'ai l'impression que j'ai peur quand tout roule comme sur des roulettes, quand tout se passe à la perfection. J'arrive plus à me sentir à l'aise. Quand ça devient trop sérieux, que la personne devient trop proche de moi, je prend peur et je m'enfuie, je laisse tout tomber, même si la personne me plaît vraiment. Est-ce que j'ai peur de m'engager? Est-ce que j'ai de la misère à accorder ma confiance? Est-ce que j'ai un problème avec l'intimité? Je me pose sérieusement la question. J'en ait assez de planter toutes mes relations, de briser le cœur de quelqu'un en plus du mien. Si quelqu'un en a,tous les conseils sont les bienvenus. Merci de votre écoute.

  • avatar

    GrenouilleMinutieux3

    elle/il

    1j
    Comment mieux vivre mes transition d'identité de genre?

    Bonjour, je me considère comme étant gender fluid et pansexuel.le mais un truc me chicote. J'ai du mal à accepter mes transition d'identité de genre. Quand je me sent garçon ça me frustre d'avoir de la poitrine, quand je me sent fille je suis mal à l'aise avec ma féminité, quand je me sent comme les deux ou comme aucun, je sais pas quoi penser de moi. Et j'ai beau dire que je suis pansexuel.le, je pense que j'ai un penchant pour les gars. Ça me trotte dans la tête et je sais pas si je fais vraiment partie de la communauté LGBT. J'ai un peu peur à l'idée de m'être menti à moi-même pendant trois ans et que finalement je suis hétéro. Quelqu'un peut m'aider à y voir plus clair, ce serait apprécié. Merci de votre écoute.