Ni passion, ni talent... jamais LA meilleure, jamais sincère

avatar

CamomilleRassurant4

elle/elle

27j

Bonjour,


Version courte :


Comment avez-vous compris ce que vous aimez?

Comment avez-vous appris quel type d'environnement, de métier, de personnes, etc., est-ce que vous recherchez?

Comment être reconnaissant.e envers la vie? Comment être satisfait.e?

Comment aimer? Comment être satisfaite? Comment être reconnaissante? Comment être sincère?


Je n'ai ni passion ni talent. Je suis assez bonne dans tout, mais jamais assez bonne pour trôner. J'ai honte de perdre ; j'ai honte de mon handicap de gratitude.


Je repousse les gens qui veulent s'approcher de moi et je suis parfois obsédée avec ceux qui ne me voient pas...



Version longue


Je suis déjà à ma dernière session de cégep. La date limite pour accepter un offre d'université est le 1er mai. Je n'ai pas encore pris ma décision.


Après deux ans en Sciences, lettres et arts (SLA), tout ce que j'ai compris, c'est que je déteste la biologie : je déteste réduire le corps humain aux molécules et réactions chimiques et je ne comprends pas la ligne entre le vivant et le non-vivant.


À cause de la particularité de mon programme (SLA), j'ai essayé plusieurs cours dans différents domaines (on s'entend que tout reste à la surface, voire même loin de la surface du domaine quelconque)...


Mais, je n'ai pas remarqué un cours plus difficile que l'autre. De plus, je ne me sens pas plus avantagée dans un domaine par rapport aux autres personnes... Peu importe l'activité que je fais, je peux finir dans top 25%, mais jamais, JAMAIS, JAMAIS première... Je suis "bonne", mais jamais LA meilleure, et je veux être la meilleure, du moins, je pense que je veux l'être.


Je fais partie de ce groupe embarrassant où nul ne s'en aperçoit. Les meilleurs sont appelés à l'avant et reçoivent la reconnaissance de tous, les pires reçoivent de l'attention car il faut les aider, mais le reste tombe dans l'oubli.


Pour plus d'une fois, je suis arrivée finaliste pour qqch (un prix, une bourse, une mention d'honneur, un concours...), mais jamais je n'ai remporté. Si on nomme plusieurs personnes et on remet le prix à un, je suis le "plusieurs personnes". Si c'est le top 3 gagne quelque chose, je suis la 4e (en effet, c'est une histoire vraie). Si on nomme 2 personnes parmi une centaine, et on remet le prix à 1 seule personne, je suis la rejetée.


L'écart n'est pas toujours très grand, mais je ne suis jamais, Jamais, JAMAIS prise, et ce, peu importe le domaine : français, histoire, mathématiques, physique, chimie, musique...


Par exemple, on vient de recevoir les notes de l'épreuve uniforme de français, j'ai eu AAB. J'ai un B. J'ai honte.J'ai honte de perdre, de perdre à chaque fois.Pire, j'ai aussi honte de ne pas être assez reconnaissante envers la vie. Ma raison me dit que je suis déjà privilégiée, mais je suis incapable d'accepter les résultats, je suis incapable d'être satisfaite.


Non, en fait, j'ai déjà obtenu des reconnaissances. J'ai déjà fini #1 à mon école, j'ai déjà reçu des prix... mais dès que je les obtiens, mon regard se tourne vers ce qu'il y a plus haut. J'oublie ce que j'ai. Je suis incapable de me contenter.


Quand je pense aimer une matière comme la physique, j'ai peur de ne pas exceller assez pour étudier en physique, de devenir chercheuse en physique tellement que c'est compétitif.


Cela s'applique aussi dans mes relations interpersonnelles. Vous l'avez sûrement deviné, je ne suis pas une bonne amie. Une fois que je connais quelqu'un, je vais pouvoir déduire ses pensées et de m'approcher de lui/elle sans être très sincère. Mon manque de sincérité va me rattraper : je peux manipuler jusqu'à un point où mon interlocuteur pense qu'on est bestie, mais moi, je sais que je ne suis pas si engagée dans cette relation et qu'il/elle ne me connaît pas. Je lui ai dessiné une fausse image de moi parce qu'à un point de ma vie, j'ai trouvé cette personne utile. Par logique, je ressens que c'est horrible. Résultat? j'ai honte pour ne pas avoir honte de mon manque de sincérité. Je peux même me sortir des arguments comme quoi ces gens ne perdent en réalité rien : ils ne s'en aperçoivent jamais, JAMAIS, de mon manque de sincérité. Je me dis même que c'est moi la victime, parce que c'est moi qui est forcée d'être actrice, parce qu'eux, ils ne savent rien de ce qui se passe. Bref, ça fait que je ne suis pas la priorité à personne. Il y a eu plusieurs qui ont tenté de me prendre dans leur groupe, c'est toujours moi qui refuse, qui commence à les éviter. Je suis peut-être incapable de me rapprocher de quelqu'un. Je commence à en avoir marre rapidement...


En plus, je sélectionne les gens potentiellement amis aussi sévèrement que si je filtrais pour un amoureux. Le temps que les gens "friend zone" et "sex zone" les autres. Moi, je suis en train de "friend zone" et de "kick out" les autres. Je n'ai pas de "sex zone"... je doute que j'aie envie de tomber amoureuse.


Oh oui, vous savez quel genre de personne qui ne m'ennuie pas? Les gens avec qui je n'ai pas été capable de tisser une amitié. C'est ironique, c'est paradoxal, c'est contradictoire, c'est ridicule!!



Ahhh... quelle horrible personne...

Que faire? Comment aimer? Comment être satisfaite? Comment être reconnaissante? Comment être sincère?

Réponses

  • avatar

    RoseSympathique7 alltheme

    Ado TJ·elle/elle·17 ans

    26j

    Coucou @CamomilleRassurant4 !

    J'espère que tu vas bien.

    Après avoir lu ton message entier, je retiens deux éléments principaux importants: le besoin d'exceller (anxiété de performance) et le besoin d'être reconnue/le fait de te chercher dans tes relations.

    Je peux comprendre certaines choses sur certains points. Je suis au cégep aussi. Je comprends très bien ton anxiété de performance et le fait de vouloir être reconnue, en tant que personne, mais aussi pour tout ce que tu fais et ô combien tu t'es dédiée à ton programme dans les dernières années (ce qui est remarquable, vraiment). Je pense que tu fais bien d'en parler, je crois sincèrement que tu n'es pas la seule à vivre cela. Je pense que c'est quelque chose que plusieurs personnes vivent et donc que ta réaction face à cela est valide à 100%.

    Personnellement, mon anxiété de performance a aussi été un enjeu dans lequel je me suis perdue et ça a été d'en parler qui m'a vraiment aidé à remettre des points sur les « i » concernant les attentes que j'ai envers moi-même par exemple. Penses-tu que ce serait quelque chose de faisable pour toi? Aurais-tu des personnes dans ton entourage à qui tu pourrais partager cela?

    Puis, pour ce qui est du niveau relationnel, c'est vrai que toutes les impressions que tu peux ressentir face à la reconnaissance, aux sentiments comme la honte face au manque de sincérité puisse être tout un défi. J'aimerais que tu saches que peu importe la manière dont tu perçois ou que les autres te perçoivent, sache que c'est rien de négatif en soi. Au contraire, ça t'aide à grandir et à justement, tranquillement, apprendre à te connaitre ainsi que les relations qui pourraient vraiment fonctionner avec toi. C'est tout un travail, je t'admire de pouvoir te pencher sur ce sujet-là.

    Se chercher autant académiquement que dans ta vie personnelle, ça demande beaucoup d'énergie et de réflexion. Je t'encourage à partager tes ressentis avec les personnes autour de toi. Je suis certaine que tu n'es pas la seule, parmi tes collègues au cégep par exemple, qui vivent ça.

    Tu pourrais même aller t'informer auprès de ton cégep voir s'il n'y aurait pas un service d'intervention à court terme pour en jaser. Ça pourrait permettre de sortir tout ça et de recevoir des conseils d'un.e intervenant.e à la fois. Qu'en penses-tu?

    Je pense que ça vient avec le temps. Ne te mets pas de pression. Tout ce que tu vis en ce moment t'aide dans un futur proche ou loin.

    Hésite surtout pas s'il y a quoi que ce soit. Je serais bien curieuse de te lire sur ce que j'ai abordé aujourd'hui. Prends soin de toi et souviens toi qu'on est là pour toi.

    À bientôt!

    RoseSympathique7

  • avatar

    CamomilleRassurant4

    elle/elle

    25j

    Omg... il y a vraiment qqn qui a répondu... Merci RoseSympathique.


    Je viens de relire mon post, et ce que j'ai écrit n'est vraiment pas clair...


    Tiens, je vais mieux formuler:


    Je ne sais pas comment s'appelle mon cas. Je ne suis pas sûre si on peut le qualifier d'anxiété de performance. Mais oui, j'ai peur de ne pas atteindre mes attentes inaccessibles.

    Je veux être la meilleure. Je veux être la meilleure dans TOUT. Mais, je ne le suis jamais. J'ai honte de ne pas l'être et j'ai honte de vouloir l'être.


    À propos de la reconnaissance, j'ai peut-être tort, mais je ne pense pas que je cherche la reconnaissance des autres. Je n'ai jamais volontairement dévoilé mes notes, mes activités, les concours auxquels je participe, etc. Je déteste en parler. Je n'ai pas envie que les gens qui ne sont pas concernés sache ce que je fais. Si je finis première de programme dans un cours X, personne d'autre que le prof le saura. La "reconnaissance" est plus une mesure extérieure qui me permet d'évaluer les résultats de mes projets. Obtenir le prix ressemble à la note de passage. C'est un seuil ridicule, j'en suis consciente.


    En ce qui concerne les relations... je ne comprends pas trop ce qui se passe non plus. Si ça ne te dérange pas, je peux essayer de l'expliquer :


    Mon profil :

    Je suis excessivement introvertie, non dans le sens où je suis incapable d'être le centre de l'attention, mais dans le sens où je n'aime pas parler. En effet, j'aime être seule. J'aime la liberté dans la solitude. Je suis facilement épuisée par les interactions humaines que je n'aime pas (2 ou 3 suffisent). Je n'ai pas toujours envie d'être en contact avec les gens, avec comme seules exceptions ceux que j'admire ou qui suscitent ma curiosité. Dans le futur, il y aura possiblement aussi ceux que j'aime, que j'affectionne, que je chéris. Pour le moment, cette dernière catégorie est vide. Oui, je sais, tout ce que je viens d'écrire, c'est arrogant, insolant, impudent. J'ai honte. Je me sens mal. J'haïs cette version de moi-même. Mais le problème? je ne suis pas capable de changer. Je ne suis pas capable d'avoir plus d'intérêt pour quelqu'un alors que j'en ai juste pas.

    J'ai même pire (pour qui est-ce que je me prends pour soumettre n'importe qui à mes critères) :

    Pour que je considère quelqu'un comme étant "ami.e", il doit satisfaire trois conditions :

    1. Chacun.e de nous aime l'autre.
    2. Chacun.e s'améliore continuellement grâce à cette relation.
    3. Nous pouvons nous entraider.

    Je n'ai pas encore rencontré quelqu'un qui rempli ces conditions...


    Par conséquent, je vis un overdose d'activité sociale tous les jours, ou presque. Les gens avec qui je n'aime pas ne cessent venir me voir et je ne sais pas refuser. Ensuite, je juge leurs comportements, et je me sens mal de juger.


    Enfin, non. Je ne vois personne pour parler de ma situation.


    Si le "pourquoi" t'intéresse, tu peux continuer de lire :

    • Si je parle à une connaissance -> personne n'est assez proche de moi pour que j'en parle.
    • Si je parle à un.e intervenant.e -> je n'aime pas parler de mes sentiments. Je m'énerve facilement quand j'en parle, surtout si cela se passe en personne.


    Même si tout cela n'était pas un problème, il faut considérer les autres :

    Supposons que je peux parler à des connaissances et supposons que ça ne me dérange pas d'en parler :

    Que leur dirai-je?

    Quelqu'un m'a une fois confessé qu'il veut s'excuser pour s'être comparer à moi et pour avoir été compétitif après qu'un imbécile ait dévoilé ma note devant toute la classe. Ma réponse était géniale ; elle pourrait être le modèle que montre un manuel, mais je n'ai pas senti beaucoup d'empathie pour son cas. En réalité, j'étais indifférente devant sa souffrance indirectement causée par moi. Je n'étais pas de bonne humeur, cette personne pleure devant moi, je dois la consoler, c'est un fardeau. Je suis terriblement méchante, mais je savais ironiquement comment agir et quoi dire pour réconforter ce camarade.

    Parmi tous les réactions que je peux imaginer, avoir de l'empathie me semble la moins probable.

    Si, à un seul instant, je ressens chez l'autre cette indifférence... je ne ferai rien. Je vais juste tomber dans le remords, sentiment que je veux éviter.


    Je ne vois pas de solutions devant ces problèmes...


    Sinon, merci pour ta réponse, j'ai vraiment apprécié. C'es très gentille de ta part.

Dernières publications

Liste de discussions

  • avatar

    GrenouilleRigoureuse3

    elle/elle

    2j
    Ma meilleure amie

    Allo,

    Aujourd'hui j'ai eu une chicane avec ma meilleure amie. En fait on est un groupe de 4. On était tous dans l'autobus et je me suis mis à parler de ma meilleure amie et comment je me sentais avec elle avec une autre de mes amies mais sans faire exprès elle m'a entendu. Elle m'a demandé pourquoi on avait dit son nom et mon autre amie lui a répondu qu'on trouvait qu'elle n'était pas assez à l'écoute et qu'elle coupait la parole. Ça l'a beaucoup insulté et nous a dit qu'on acceptait pas la critique ce que selon moi est faux donc on avait pas le droit de lui reprocher qqch car c trop pour elle vu qu'elle a un problème de gestion de colère. Ensuite plus tard dans la soirée je lui écris pour lui expliquer pourquoi je ne me sentais pas bien dans la situation et elle m'a répondu qu'elle voulait que je l'écoute plus et qu'il fallait que je comprenne qu'elle passe par une période difficile. Je le comprends mais je ne sais pas comment lui expliquer que moi aussi j'ai besoin d'être entendue et écouté ce qui n'est pas le cas en ce moment.

    Je ne sais pas quoi faire.

    Merci

  • avatar

    SoccerSérieux11

    elle/elle·14 ans

    3j
    Je suis tanné

    Bonjour, aujourd'hui, je vais parler de ma relation social, à l'école. Je m'explique: Un de mes amis, on va l'appeler Nathan, à une blonde qu'on va nommé Éléa. Mais Éléa est vraiment super jalouse et quand Nathan est avec une autre fille que les 2 meilleures amies de Éléa, elle devient 100% jalouse et commence à parler dans le dos de la fille en question.Mais cette fille en question, maintenant, c'est moi. Et moi qui pensait que Éléa était mon amie, ce midi, je suis venue pour m'asseoir à ma place habituelle, ce qui veut dire entre mon ex et Nathan. Mais Éléa, ses 2 best, une fille que je déteste à mourir qu'on va appeler Gabrielle était la, en me regardant et me rejetant quasiment. Et mon ex-crush d'on j'ai eu le béguin pendant au moins 2 mois, avais pris ma place. Et Gabrielle ma regarder en me disant: «Tu vois bien qu'il n'y a plus de place, allez, bye bye, woush-woush» et je suis partie manger dans la cabine. Ma meilleure amie, on va dire Lory, est venue cogner à m cabine et ma demander si je voulais qu'elle viennent manger avec moi. J'ai dit oui et une des profs est venue nous voir pour nous demander de sortir. On est sortie et un gars de ma classe qui était mon ami dit qu'on sort ensemble alors que pas du tout ! Aidez-moi j'ai besoin de savoir comment réparer sa.

  • avatar

    TisaneBienveillante10

    Ado TJ·elle/elle·17 ans

    3j
    Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie 🏳️‍🌈🏳️‍⚧️

    Bonjour Forum Tj! On espère que le beau soleil de mai vous fait du bien! 


    Nous sommes le 17 mai :) Ça veut dire qu’il y a 34 ans, jour pour jour, l’homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales de l’Organisation Mondiale de la Santé. 


    Ainsi, ce jour est maintenant la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Et fun fact, c’est au Québec qu'est née cette journée (grâce à la Fondation Émergence, en 2003)! 


    Que pensez-vous de cette journée et des discriminations envers la communauté LGBTQ+? On se demandait si vous aviez des expériences, des opinions ou des pensées par rapport à ça. C’est le moment de faire entendre votre voix! 


    On espère avoir beaucoup de réponses! 


    Prenez soin de vous 🩷


    Les Ados Tj

  • avatar

    NuageZen4

    elle/elle·14 ans

    3j
    Décevoir.

    Allo! Depuis quelques ans je suis un peu perdue. Bon, commençons par le début. Toutes mes amies mon quittées au primaire, mes parents se disputaient chaque jour et nuit. J'avait déjà de l'insomnie mais leurs cris m'empêchaient de dormir. Je me rappelle avoir fait promis a ma mère qu'il n'y aurait jamais de divorce et c'est pour cette raison que jusqu'à aujourd'hui, je me culpabilise car mes parents sont toujours ensemble même si ils ne s'aiment probablement pas. J'ai toujours été intimidée par mon frère, il m'a frappé plusieurs fois et on se parle presque plus maintenant. Il me faisait plusieurs commentaires sur mon physique ce qui m'a créer un complexe. Il m'a même répéter de me su1c1der plein de fois. En tout cas, je suis venu a la conclusion que je n'ai pas de qualités. Je me déteste tellement. Afin d'avoir une manière de me valoriser, je me concentrais sur mes études. J'ai donner cette image de moi en tant que "étudiante parfaite qui ne parle pas beaucoup et qui est la meilleure de la classe". Tous les compliments que mes professeurs et me camarades de classe me donnaient ont crée des sortes d'attentes et j'avais tant peur de décevoir tout le monde. Je travaillait de jour a nuit chaque jour pour avoir les meilleures notes partout, pour rendre mes parents, mon frère, mes camarades de classe et mes enseignants fières car c'est le seul moyen. La présentement, ça fait longtemps que je ne suis pas aller a l'école. J'ai tellement travailler que je me détruisait sans même m'en rendre compte. Je ne sent plus rien. Je suis vide. Rien ne me semble réel. Les cicatrices sur mon bras augmentent de jours en jours. Bizarrement, je ne veux pas me sentir mieux. Au fond de tout ce mal être se trouve du confort. Je ne trouve plus de raisons de vivre. J'ai l'impression que rien existe alors pourquoi vivre? En plus de ça, il y a quelque d'autre qui a des bonnes notes. Elle est belle, elle est bonne en sports, elle a du talent, elle est gentille, elle a plein d'amis, bref, elle a tout ce que je voudrais. Je me sent mal de l'envier autant mais elle vole mon seul moyen de me valoriser, ma seule raison de vivre: Être "parfaite". J'ai peur de décevoir. Merci d'avoir lu tout ce texte. S'il te plaît, aide moi.